La moitié des cafés et restaurants victime de pique-assiettes

L’an dernier, quelque 50% des cafés et restaurants en Belgique ont eu la visite de clients qui ont commandé, consommé et sont partis sans payer. Un quart des cafés et restaurants sont même victimes de pique-assiettes tous les mois. Les chiffres du Syndicat neutre pour indépendants (SNI) figurent ce dimanche dans le journal dominical De Zondag.

 

En 2018, quelque 51% des établissements du secteur Horeca ont eu au moins une fois la visite de clients malhonnêtes qui sont partis sans payer. Cela représente une croissance de plus de 30% de ce phénomène par rapport à la même étude effectuée en 2014 par le Syndicat neutre pour indépendants.

Les statistiques de la police indiquent cette même tendance. En 2017, la police a constaté 567 cas de mauvais payeurs, contre 471 cas en 2014.

"Et ceci n’est que le sommet de l’iceberg, car seuls 16% des faits sont effectivement signalés", précise Christine Mattheeuws du SNI. Le Syndicat demande donc aux cafés et restaurants de déposer plainte autant que possible quand ils sont victimes de pique-assiettes.

Faire payer immédiatement

Quelque 70% des établissements Horeca prennent des mesures pour contrecarrer ce phénomène. La plupart d’entre eux demandent aux clients assis en terrasse de payer dès qu’ils reçoivent leurs boissons ou plats commandés. "C’est moins commercial, mais les clients comprennent cela dès qu’ils en connaissent la raison", indique Christine Mattheeuws.

"Il n’est malheureusement pas possible d’avoir tous les clients à l’œil. Il faudrait pour cela engager un employé supplémentaire. Une surveillance caméra peut également effrayer les clients malhonnêtes. Et les images peuvent, le cas échéant, être utilisées comme élément de preuve", conclut Mattheeuws.