Stefan Naydenov et ses fils Boyan Naydenov et Tsvetomir Naydenov qui font l’objet d’une enquête des services, liée au blanchiment d’argent et le non-paiement des impôts dus à Malta, en Italie et en Bulgarie, sont actuellement en train d’être contrôlés en Grèce aussi, informe eladanews.gr, le media on-line grec.

 Selon les données citées par ce media, les trois bulgares qui opèrent avec la marque commerciale Efbet, une propriété de la compagnie Brobet LTD immatriculée à Malta (Brobet Limited Reg. No: C 40842, Villa Ichang, No.16, TriqMons.Alfredo Mifsud, Ta’Xbiex XBX1063, Malta) sont contrôlés pour une participation possible à une activité non-réglementée de jeux d’argent et de hasard sur le territoire de la Grèce, de même que pour l’importation dans le pays d’une grande quantité d’argent liquide malgré les enquêtes menées dans trois autres pays européens pour le blanchiment d’argent. 

Eladanews.gr cite une publication du site anglais UK24news.co.uk selon laquelle Stefan Naydenov est une personne appartenant aux anciens services communistes bulgares, et ensemble avec ses deux fils Boyan et Tsvetomir Naydenovi, sont soupçonnés d’avoir des relations avec des représentants de la mafia italienne.

 Eladanews.gr souligne que dans un interview pour un média bulgare online, Tsvetomir Naydenov se vante que depuis deux ans leur marque Efbet existe et fonctionne en Roumanie, et que depuis le mois d’octobre cette année débute son travail en Italie, tandis qu’en Serbie et en Espagne déjà une activité se développe. « On est dans les démarches d’obtenir une autorisation pour la Grande Bretagne et l’USA » rajoute Naydenov, expressément ne faisant aucune mention sur une activité éventuelle en Grèce, notent les journalistes grecs.

 En même temps, beaucoup des médias bulgares informent que les propriétaires de Efbet font l’objet d’une enquête approfondie par de différents services bulgares, concrètement les Naydenovi sont contrôlés pour le blanchiment d’argent et le non-paiement des impôts dus. 

Certains journalistes bulgares supposent que les trois ont investi une grande partie de leurs gains illicites dans des biens immeubles en Grèce, écrit eladanews.gr.